J’ai parfois l’impression qu’il se passe quelque chose de magique en racontant. Je deviens l’instrument par lequel l’histoire passe et le public semble la vivre à sa façon aussi.  Ainsi, lorsque je conte à la bibliothèque dans laquelle je travaille, je retrouve des enfants que je connais bien, des mamans qui sont devenues des copines et je me sens comme à la maison. Le courant passe (faut dire qu’ils sont bon public) et.. Read More